// Accueil / Les billets Injeno / Parlons de nos enfants / Chronique de la vie quotidienne de Jeanne – L’E.E.G. de veille et de sommeil
Chronique de la vie quotidienne de Jeanne – L’E.E.G. de veille et de sommeil
Ecrit par Alexandra Vanhille le 13 juin 2007

Il faut dire qu'à l'époque j'étais beaucoup plus petite. Néanmoins Papa a cherché à en savoir un peu plus sur cet examen visuellement très impressionnant au prime abord. Aussi a t'il demandé aux deux très gentilles infirmières qui se sont occupées de moi ce qu'était un E.E.G.

Il a découvert qu'il s'agissait en fait de l’enregistrement de l’activité électrique spontanée des neurones à partir d’électrodes posées sur le scalp (ma petite caboche autrement dit !). Cet examen est pratiqué pour les A.V.C. (Accident Vasculaire Cérébral), les traumatismes crâniens, les bilans de malaises, les tumeurs, les troubles du comportement, les syndromes confusionnels, les céphalées, les encéphalites, les bilans de séroconversion de toxoplasmose, les bilans de prématurité, les convulsions hyperthermiques, les comas, les surveillances après arrêt cardio-respiratoire, les thrombo-endartériectomies, les diagnostics de mort cérébrale et... les cas d'épilepsie.

Le nombre d’électrodes peut varier selon l’âge du patient (21 en ce qui concerne les enfants en bas âge comme moi !). Ces électrodes sont reliées par un fil de connexion à une plaque / boîte têtière, qui elle-même, est reliée à un dispositif électronique permettant une visualisation du signal recueilli sur ordinateur, et surtout, un traitement de ce signal à posteriori (c'est-à-dire : recomposition des montages, modification des amplitudes, des filtres ; stockage et archivage des données ; édition sur papier de certaines séquences informatives ; couplage vidéo).


La plaque / boîte têtière avec les fils de connexion des électrodes


Visualisation du signal recueilli sur ordinateur

Ainsi à mon arrivée dans la salle d’E.E.G. pour l’enregistrement, l'infirmière m'a allongée sur un plan avec sous la nuque un petit oreiller afin de laisser accessible le sommet de ma petite tête. Elle m'a ensuite harnaché une sorte de casque / filet en caoutchouc souple permettant la disposition et le bon maintien des électrodes sur tout le pourtour du crâne (montage dit "en couronne"), ceci afin de pouvoir mesurer l’activité électrique spontanée de mes neurones au niveau temporal, frontal, occipital et pariétal. L'emplacement des électrodes doit être parfaitement symétrique et équidistant d’avant en arrière, et de droite à gauche.

Enfin les infirmières ont appliqué à l'aide d'un grand "coton tige" une pâte conductrice à base de sable, sel et pierre ponce sous chacune des électrodes, ceci afin d'améliorer la conductivité des signaux électriques transmis.


La pâte conductrice - mixture faite de sable, sel et pierre ponce

La séance a comporté un enregistrement spontané de 15 minutes environ, suivi d'épreuves d’activation : ouverture et fermeture des yeux ainsi que stimulations lumineuses intermittentes (par des flash) qui permettent de juger de la réactivité du cerveau. C'est ce que l'on appelle l'E.E.G. de veille.

Ensuite il s'agissait d’obtenir un tracé d’endormissement et de sommeil de 30 minutes environs, durée permettant de voir les différents stades / phases du sommeil. Qui plus est chez les enfants en bas âge (et ce jusqu'à l'adolescence), c'est surtout lors du sommeil que les anomalies neurologiques sont constatées.

Mais là je n'ai pas rendu la tâche facile à Papa et aux infirmières !... Pourtant toutes les conditions étaient réunies : nuit de sommeil "fractionnée" (comme à mon habitude !), réveil matinal à 06h30 par Maman (pour une fois que j'avais l'occasion de faire une "grasse matinée" !), biberon de 140 ml pour me sentir repue, un bon bain chaud délassant et enfin quelques "exercices physiques" (station debout et ébauche de quelques pas) avec Papa juste avant d'entrer en salle d'E.E.G. !...

Peut-être n'étais-je pas suffisamment confortablement installée (je n'ai en effet pas l'habitude de m'endormir la tête sur un oreiller) et détendue, peut-être étais-je trop fatiguée pour m'endormir calmement ou stressée par l'appareillage impressionnant surplombant mon crâne (je tiens tout de même à vous rassurer quant à l'innocuité d'un tel examen !)... Toujours est-il qu'il m'a fallut un certain temps émaillé de quelques crises de pleurs avant de lâcher prise et sombrer dans un petit dodo réparateur !

L’interprétation de mon tracé E.E.G. se fera par un neurologue ou neuropédiatre et ne se conçoit qu’en parfaite connaissance des données cliniques et des traitements. Il est d'ailleurs intéressant de savoir que le tracé varie en fonction de l’âge en raison de la maturation cérébrale et que les modifications associées au vieillissement ne sont pas uniformes d’un sujet à un autre.

Finalement, l'E.E.G. s'est plutôt bien passé dans la mesure où cette fois-ci j'ai réussi à m'endormir. Le seul inconvénient et que - une fois rentrés - Papa a dû me laver consciencieusement les cheveux car la pâte conductrice est plutôt du genre collante et a tendance à vous faire une coiffure en "pétard" !

Jeanne
Quoi un E.E.G. ? Laissez ma tête tranquille à la fin puisque je vous dis que je n'ai pas d'oeufs de poux !

P.S. 1 : Pour celles et ceux qui n'auraient pas compris le jeu de mots, n'hésitez pas à me demander une explication !

P.S. 2 : Je tenais également à remercier les deux infirmières du 4ème ouest du C.H.D. qui se sont occupées de moi pour leur gentillesse, leur patience et leur précieuse collaboration.

Commentaires

3 commentaires

  1. César,

    Bonne idée, les internautes auront une idée beaucoup plus précise de ce qu’est un EEG, en revanche je suis étonné que Jeanne n’en ait pas fait pendant plus de 2 ans…
    Inès en fait un tous les 3 ou 4 mois. C’est important de connaître la traduction du traitement sur le foyer de l’épilepsie.

    Bonne journée à vous 5.

    Luc

  2. Bonjour,
    Bravo pour ce reportage tellement bien décrit :) J’avais pris des photos une fois et qq proches n’ont pas apprécié que j’ai mm pensé à prendre de "telles" photos. Les fils ont dû les impressionnés mais je crois que c’est bien d’expliquer et de montrer ce que peuvent avoir à faire nos pti loulous. Pour des éventuels frères et soeurs aussi , je crois que s’ils sont en demande d’explication sur ce qui se passe avec leur frère ou soeur différent.
    S’il y a des personnes qui se posent des questions sur l’eeg, je leur passerais le lien.

    bonne continuation

    ps: vous arrivez à faire de super articles et moi, je traine sur le témoignage…hihi. J’espère finir bien avant le 30.

  3. C’est vrai que c’est impressionnant!! surtout de voir "sa p’tite puce" ainsi appareillée!!
    mais c’est bien d’expliquer pour les autres parents….et aussi les autres en général!!
    sympa d’avoir eu un p’tit mot pour les infirmières!!

    dommage que maman n’ait pas pu t’accompagner Jeanne….tout celà à cause d’une matinée de travail….heureusement que tu as (aussi)un super papa!!
    n’oublie pas de lui faire un beau sourire.dimanche…comme tu sais les faire ;o))pour lui souhaiter une bonne fête!!

Laissez un commentaire

14/06/2007
anne sophie a écrit :

C'est vrai que c'est impressionnant!! surtout de voir "sa p'tite puce" ainsi appareillée!! mais c'est bien d'expliquer pour les autres parents....et aussi les autres en général!! sympa d'avoir eu un p'tit mot pour les infirmières!! dommage que maman n'ait pas pu t'accompagner Jeanne....tout celà à cause d'une matinée de travail....heureusement que tu as (aussi)un super papa!! n'oublie pas de lui faire un beau sourire.dimanche...comme tu sais les faire ;o))pour lui souhaiter une bonne fête!!

Tous les commentaires
Ecrire un commenter