// Accueil / Projets & réalisations / Exosquelette
Exosquelette

Avant propos

Marcher est anatomiquement normal, c’est un acte naturel pour tout individu libre de ses mouvements. Marcher est l’une des façons de satisfaire sa curiosité, un moyen de découvrir le monde, de s’approprier un savoir empirique. Pour des raisons diverses, certains d’entre-nous sont privés de la marche ou ne marchent qu’avec grande difficulté.
Les progrès de l’électronique, de la robotique et de la mécanique ont atteint aujourd’hui un tel niveau qu’il nous est possible de suppléer aux carences de la nature et de remédier aux accidents de la vie qui frappent nos semblables.
Il est possible de faire marcher une personne qui n’a jamais marché, ou a perdu la faculté de la marche, il est également possible de soulager la pénibilité de certaines professions par le développement et la commercialisation d’exosquelette de marche.

Description du projet

Un exosquelette motorisé est une structure mécatronique ergonomique enveloppant une personne. En fonction des usages, la structure peut être porteuse (ce qui implique une motorisation) ou portée (type orthèse).
Dans un monde ou l’être humain accepte de moins en moins d’être soumis à des efforts importants on peut imaginer qu’un exosquelette adapté peut être un outil de travail efficace pour seconder l’homme dans les tâches les plus variées.
Ainsi, dans des secteurs d’activités comme la logistique (entrepôts, grandes surfaces, préparation de commandes), le bâtiment ou l’industrie (transport de charges légères, port d’outils etc..) ou la santé (manipulation de patients), disposer d’un tel outil sera une rupture technologique prévisible dans les 10 prochaines années.
Au-delà, toutes les tâches nécessitant des efforts doivent pouvoir s’effectuer avec un exosquelette : déménager, manipuler des pièces lourdes, seraient infiniment plus faciles avec l’assistance d’un exosquelette qui permet de porter 50 kg sans effort !
L’armée américaine l’a très bien compris, elle a commandé le développement d’exosquelettes HULC et SARCOS. L’armée française est aussi sur les rangs avec un projet similaire confié à RB3D et au CEA. On imagine aisément l’apport d’un tel outil pour des soldats en opération, portant 50 kg sur le dos et devant courir sous le feu ennemi !

Mais les applications d’une telle technologie ne s’arrêtent pas là. Que dire de la rééducation fonctionnelle, de l’aide aux personnes handicapées des membres inférieurs, qui n’a rêvé que « lève toi et marche » se produise enfin pour les personnes souffrant de ce type de pathologies ?
Lorsque nous aurons atteint l’âge des cheveux d’argent et que nous ne pourrons plus nous déplacer aisément, pourquoi ne ferions nous pas une longue promenade quotidienne grâce à un exosquelette adapté à notre morphologie ?
On le comprend aisément, le marché potentiel pour les exosquelettes peut être immense car tous, un jour ou l’autre nous pourrons en avoir besoin !
Ce projet est porté par une association de parents d’enfants adolescents et adultes polyhandicapés et neuro-lésé, l’Université catholique de Lille, l’école d’ingénieurs HEI et le pôle de compétitivité Uptex. A ces institutions s’ajoutent des professionnels de la santé et du secteur médico-social qui constituent le groupe d’experts chargé d’évaluer le projet et de mettre en exergue les éventuels problèmes médicaux et éthiques.

 Contexte global 

Une étude approfondie a montré qu’il n’existe pas d’exosquelette disponible sur le marché répondant aux besoins spécifiques des enfants d’INJENO. De ce constat, deux pistes d’étude sont apparues : la première consistant à adapter des technologies existantes et la deuxième allant vers la conception ex nihilo de cette orthèse. Pour compléter cette approche, des travaux préliminaires ont permis d’identifier un certain nombre de verrous technologiques à surmonter ainsi qu’à définir un cahier des charges.

Cliquez sur cette vidéo pour découvrir le film réalisé et financé par les ADPS du groupe ALLIANZ.