// Accueil / Les billets Injeno / Association INJENO / INJENO au stade de France : Les bleus au coeur
INJENO au stade de France : Les bleus au coeur
Ecrit par Luc MASSON le 28 février 2010

Flash Back

Nous envoyons en mai 2008, 15 exemplaires de notre recueil de témoignages "Par amour pour nos enfants" à des membres de la Fédération Française de Rugby (FFR) et à quelques joueurs. Deux mois plus tard, coup de téléphone, c'est Marc LIEVREMONT qui nous demande ce qu'il peut faire pour nous ! Réflexions, propositions de part et d'autre, nous trouvons un accord en mars 2009 : ce sera sa venue aux boucles dunkerquoises si il est libre (pour lire le billet sur sa présence à Dunkerque cliquez sur ce lien).

Dans l'entre-fait, il nous avait également dit qu'il essayerait de nous avoir un match, soit en fin de saison 2009, soit lors du tournoi des VI Nation 2010. Six mois après avoir foulé le sol dunkerquois à nos côtés, Marc LIEVREMONT avec l'accord et le soutien de la présidence de la FFR et du service communication, nous offre 40 places pour assister au match FRANCE-IRLANDE, qui sera vraisemblablement le plus beau match du tournoi 2010. C'est notre présence au coeur de ce challenge européen du rugby que ce billet va vous présenter.


Nous nous apprêtons à vivre un moment intense


Notre pass pour l'aventure en Ovalie

Pour consulter la vidéo de notre présence au stade de France : cliquez sur l'image

Nous avions profité de notre passage à Paris le 4 février 2010 pour faire un bref crochet par Marcoussis, centre national d'entraînement du XV de France et récupérer nos 40 sésames pour le match du 13 février suivant. Nous avons eu la chance ce jour là de rencontrer pour la seconde fois les représentants de la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau et nous avions eu un appel plus qu'encourageant de l'Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière (ICM). Nous avons donc passé quelques instant avec Marc LIEVREMONT, qui profitant de l'absence des joueurs, nous fit visiter toutes les installations du CNE.

De retour à Dunkerque, il nous faut organiser le déplacement de 40 personnes dont des enfants en fauteuil. Rendez-vous est pris, ce sera la place de Hondschoote à 10H30 le samedi 13 février.

Jour de match : Samedi 13 février 2010

Nous nous réunissons toutes et tous place du Général De Gaulle et nous donnons rendez-vous devant les grilles du stade de France, portes U et S avant 16H00. Nous avions également invité des familles de la région parisienne, de Nantes et d'ailleurs.



Nous approchons enfin du SDF

Au fur et à mesure que le temps passe, la pression se fait sentir, alors que nous ne livrons pas de match, nous pressentons toutes et tous l'enjeu de notre présence sur la pelouse du stade.


Les papas fondateurs posent pour la postérité

Pendant que les membres d'INJENO vont de gauche et de droite en attendant 16H30, j'attends avec impatience nos amis parisiens et d'autres villes pour leur remettre la panoplie "INJENATTITUDE" griffée "INJENOVALIE". Une casquette, un sweatshirt pour être visible et avoir plus chaud aussi car le thermomètre frôle les -3°c et nous n'avons pas encore assisté au match. Une âme charitable me ramène un casse-croute pour me "sustenter"...


J'attends le client pour fourguer ma marchandise !!!

Malgré un froid glacial, nous gardons le moral et mieux encore nous trouvons les ressources en nous, l'euphorie certainement, pour faire des blagues et abuser de notre humour légendaire. Petite déception, nous sommes séparés des personnes à mobilité réduite, donc de Valérie LECERF, d'Alexis, de Nadège BELET et de Léa. Ils sont installés sur des places PMR (Personnes à Mobilité Réduite en zone S).


Cédric, papa de Léa et Sébastien, papa de Noé, accueillent Arnaud, papa de Corentin


Karine et Eric gardent le moral et restent proches pour se réchauffer...

A 16H30, nous sommes accueillis par les volontaires de la FFR qui vont s'occuper de nous pendant tout le match, mais surtout pendant notre présence sur la pélouse. Ils sont super sympa, souriants, doux avec les enfants et attentifs au handicap. Notre duo de choc nous demande alors de porter un bracelet de sécurité pour passer les contrôles et accèder au centre du complexe.


Nos guides accueillis par Sébastien et Hervé COUBEL


Mandy se demande si elle pourra l'enlever après match


Pendant ce temps, Gabriel demande à son papa si ça ne fait pas mal ce bracelet, Pierre le rassure

Après divers contrôles, nous arrivons dans la petite salle bien chauffée qui nous est réservée. Quelques aliments nous attendent et nous répétons le scénario de la haie d'honneur.


Nous répétons sérieusement, haie de gauche, haie de droite, postures pendant les hymnes, sortie de terrain

Le timing nous est donné, il est 17H00, nous avançons vers la pénétrante, un long couloir qui passe sous les gradins et nous fait accéder directement à la pelouse du stade. Notre coeur bat de plus en plus fort. Nous attendons 20 minutes dans ce couloir pendant que dans le stade les spectateurs s'installent, que la musique retentit de plus en plus fort et que les clameurs de la foule prennent possession des lieux. Le temps ne nous paraît pas long, c'est le froid qui est difficile à supporter. 17H20, on nous demande de nous aligner suivant l'ordre des haies d'honneur et c'est parti.


Pendant que nous traversons le stade, le présentateur lance notre film de 30 secondes et nous présente


Nous avons du mal à nous rendre compte de tout, immergés dans cette foule de 79289 personnes

Nous faisons ce pour quoi nous sommes venus, les hymnes retentissent et nos guides nous ramènent dans notre petite salle. Nous rejoignons alors les autres membres d'INJENO pour regarder le match, et quel match.


César est content de revoir son beau-père et il le montre !

A la mi-temps les français mènent largement contre les Irlandais, nous sentons bien que nous vivons quelquechose d'historique. Alors que l'on annonçait l'équipe de France en difficulté, que l'on disait que le tenant du titre allait donner du fil à retordre aux bleus, nous pressentons que la France va faire un gros match.


Même Emilie et William sont euphoriques

Le match reprend, nous sommes toujours aussi concentrés.


Arnaud est très très concentré


Ch'fait jamais rien comme les autres, regarde dans le bon sens Luc !


Nos premières lignes, bleu marine évidemment !


Dédé et André-Louis n'en perdent pas une miette


David et Franck regrettent que les sièges ne soient pas chauffant !


Eric se dit qu'un bon Whisky irlandais évidemment, ça réchaufferait son homme !


Sébastien regrette déjà que le match se termine


Alors que Gabriel, au contraire trouve le temps un peu trop long

Ca y est, le coup de sifflet final retentit, la France l'emporte contre l'Irlande et de la plus belle manière, 3 essais, 3 pénalités et un drop : 33 points c'est grave docteur ? Oui surtout pour les irlandais, mais le public, qu'il soit vert ou bleu applaudit cet extraordinaire spectacle auquel nous venons d'assister.


Sébastien ne cache pas sa joie et sa fierté

L'après match

Il est 19H00, nous nous quittons, une partie de la troupe regagne Dunkerque, pendant que 4 d'entre-nous restent à Paris pour la 3ème mi-temps. Une invitation à assister au repas d'après match donné en l'honneur des deux équipes et des invités irlandais. C'est dès lors une course contre la montre qui s'enclenche. Nous devons déposer une personne en bordure proche de Paris. Il est 20H00 quand nous la déposons à son lieu de rendez-vous. Nous décidons de nous changer sur place. Vite, smocking, filtre et tabac blond, tout est enfilé rapidement.


Le résultat est impeccable


Munis de nos cartons d'invitation, nous nous rendons au WESTIN, près de la place Vendôme

Un drink nous est servi dans un salon magnifique, nous cotoyons les équipes de France et d'Irlande qui viennent à peine de finir leur affrontement sportif. Ils sont accessibles pour la grande majorité d'entre-eux.


Certains joueurs, à notre demande, acceptent de poser avec deux frères atteints de myopathie

Ces deux enfants étaient présents avec leur maman, ils avaient bénéficié d'un cadeau offert par l'association REVES. Je crois que ce fut un vrai moment de bonheur pour ces deux frères frappés par le même malheur. La maman était également très heureuse.

Nous en profitons nous aussi pour approcher certains joueurs...


Ici, William SERVAT, d'une extrême gentillesse, auteur du premier essai français

Puis vient le temps du repas, bon et fin. Nous sommes atablés avec d'anciens arbitres. Nous refaisons le match avec des commentaires d'experts, c'est passionnant.

A un moment de la soirée, après les allocutions des deux présidents des deux fédérations de rugby, nous voyons Marc LIEVREMONT traverser la salle du banquet et venir vers nous. Il sort d'un sac marqué du logo de la FFR un maillot. Ce vêtement est signé des 23 joueurs qui étaient sur la feuille de match et sur le terrain contre l'Irlande, nous sommes heureux, émus, fiers, nous nous embrassons sous les yeux écarquillés de nos voisins de table, des journalistes qui ne manquent pas de faire une photo.


Trois hommes heureux

Le vrai bonheur fut d'apprendre que notre relation avec Marc LIEVREMONT ne s'arrêtait pas à cette soirée de gala puisque Marc accepte de nous aider sur une autre manifestation importante pour INJENO : Notre NEUROFETE


Nous quittons la salle d'honneur du WESTIN, certains d'avoir nous aussi remporté un match

Nous nous dirigeons vers notre hôtel, las mais satisfaits, fatigués mais la tête pleine de si bons souvenirs.

Deux déceptions toutefois, l'absence totale de relais médiatique de la part de France2, pas une image n'est venue confirmer notre présence, n'a donné l'occasion aux milliers de personnes qui nous attendaient sur la pelouse de Saint Denis de partager notre fierté. En cela et même si France2 n'avait aucune obligation envers nous ou la FFR (je tiens à le souligner) ce fut une déception.

La seconde déception vient de notre hôtel et de ses lits superposés, pas cool pour celui qui dort en dessous !!!

Luc Masson
Papa d'Inès
Président fondateur d'INJENO

Commentaires

Laissez un commentaire