// Accueil / Les billets Injeno / Parlons de nos enfants / Le carnaval d’Inès
Le carnaval d’Inès
Ecrit par Luc MASSON le 20 avril 2011

Nos enfants polyhandicapés, sont souvent privés de la vue, de la marche mais pas de l'ouie ! Ils sont très sensibles au son, au rythme, aux intonations de voix. Quand on a la chance de réunir le tout en un seul instant en un seul endroit, cela peut être ou non un grand moment ! En effet, certains de nos enfants sont hyper sensibles aux sons et ne peuvent donc pas profiter du carnaval, qui a Dunkerque n'est pas une tradition mais une véritable religion, païenne évidemment !

Aidez par l'équipe du Petit Navire, structure 24Ter où est accueillie Inès, nous avons pu faire plusieurs carnavals enfantins au sein même de l'IME. Cette solution est très conviviale, très rassurante, mais il lui manque la multitude, le brassage, la diversité.

Nous avons donc décidé cette année d'amener Inès et sa petite soeur Nina dans un bal enfantin, mais un bal adapté puisqu'il s'agissait de celui du Relais d'Assistance Maternelle de Saint Pol sur Mer.


Eh, écoutez voir l'histoire de Carnaval !

Comme pour tout événement du quotidien, ma maman fait toujours très attention à la façon dont je m'habille, enfin, dont elle m'habille. Elle a donc acheté une robe de princesse sur Internet et j'ai pu la mettre le jour du bal, mais elle a pas acheté les chaussures de vair.

Une fois la robe enfilée, il faut se maquiller, on met de la peinture plein sa figure comme on dit à Dunkerque.

Ma maman n'hesite pas à se glisser elle-même dans la peau d'un carnavaleux, faut dire qu'elle a beaucoup pratiqué étant plus jeune !

Cette année, maman et papa ont décidé d'initier ma petite soeur Nina née le 16 mars 2010, elle avait donc tout juste un an lorsque nous avons fait notre premier bal ensemble.

Je crois bien que Nina était heureuse de participer à sa première bande indoor, ça se voit sur son petit visage de poupon.

Pour l'occasion j'avais à nouveau endossé mon habit de princesse et mon carosse Ottobook était prêt à m'emmener partout sur la piste.

Il y avait beaucoup d'enfants valides, je crois même que j'étais la seule enfant extraordinaire. Mais tous les enfants étaient merveilleusement colorés et gais ! Les papas et les mamans étaint là ainsi que les Nounous car c'était un bal du RAM qui est un organisme qui forme et aide les nourrices.

Ce jour là malheureusement j'ai fait beaucoup de crises d'épilepsie et donc je n'ai pas pu profiter totalement de cet après-midi féérique, mais entre les crises papa et maman on su me porter, me faire danser dans leurs bras, papi et mamie aussi et j'ai apprécié ces quelques minutes volées à la maladie.

Mon papa m'a dit qu'il avait décidé de vivre dans cet état d'esprit à partir de maintenant car la crainte des crises, des hospitalisations, des maladies que je ne peux exprimer et décrire ne peuvent pas être le seul horizon du quotidien ou de l'avenir familial. Alors carpe diem et advienne que pourra mais au moins on en aura profité en famille !

Vive carnaval, vive la différence, vive la vie !

Ines, petite fille extraordinaire de courage

Commentaires

Laissez un commentaire