// Accueil / Les billets Injeno / Vie sociale & Vie de couple / Le désir d’un 2ème enfant
Le désir d’un 2ème enfant
Ecrit par Sébastien HUYGHE le 10 février 2007

Le diagnostic de la maladie de Noé ayant été posé, rapidement des analyses génétiques ont été faites par prise de sang. Après quelques semaines d'attente, nous avons su que le caryotype de Noé présentait une micro délétion sur le chromosome 17. Il fallait par conséquent étudier nos caryotypes pour savoir si l'un de nous était porteur de l'anomalie ou si "cela n'était qu'un accident"... Nous avons donc fait une prise de sang et après quelques semaines d'attente (encore!) nous avons appris que nous n'avions rien et que nous pouvions envisager une deuxième grossesse. Il faudrait malgré tout pratiquer une amniocentèse au bout de 12 semaines de grossesse.

Aussitôt - au mois de février 2005 - nous décidons donc d'arrêter le moyen de contraception et comme par enchantement mon épouse tomba enceinte dès le mois de mars suivant. A partir de ce moment là, l'angoisse de l'amniocentèse ne fit que grandir... car nous n'étions pas prêts à accueillir un 2ème enfant extraordinaire ! Elle a eut lieu début juillet... et l'attente auprès des résultats fût extrêmement longue et stressante. Environ trois semaines plus tard j'ai reçu un appel du professeur qui m'a annoncé que tout allait bien et m'a demandé si je voulais connaître le sexe de l'enfant. Il s'agissait d'une fille... mais cela resta un secret que nous n'avons dit à personne !

Dans l'ensemble, la grossesse de Caroline s'est bien déroulée. Bien évidemment il y eut des angoisses, des craintes et des frayeurs quand nous ne sentions plus notre petite demoiselle bouger pendant 20 minutes...

Début décembre, Caroline rentra à la maternité pour une poussée de tension. Quelle ne fût pas notre surprise lorsque le gynécologue nous annonça qu'il allait pratiquer une césarienne dès le lendemain matin car le bébé était en siège avec la tête défléchie - position impossible pour un accouchement par voie basse.

Le grand jour était arrivé ! La césarienne se déroula sans aucun souci excepté le fait que notre petite fille - qui se prénomme Ninon - a "bu la tasse" juste avant de sortir. Toute l'après midi elle resta en observation car elle recrachait beaucoup de mucosités. La pédiatre de garde était prête à la transférer au C.H.D. mais tout s'arrangea et Ninon put voir sa maman et enfin rentrer à la maison.

Le retour se fit sans problème même si Noé semblait ne pas trop comprendre pourquoi cette "petite chose" pleurait si souvent. Puis Ninon a commencé à grandir et donc à pleurer un peu plus fort et là Noé n'aimait vraiment plus ces pleurs. De notre côté, le moindre petit geste anormal de Ninon déclenchait chez nous une angoisse atroce.

A présent Ninon a 14 mois et tout se passe dans le meilleur des mondes : Noé s'éclate en la voyant jouer ! Il adore lorsqu'elle vient lui faire des câlins ou quand elle essaie de lui donner des jouets ! Ninon est le plus grand stimulant que Noé pouvait avoir. Elle a déjà compris que son grand frère est différent mais je pense qu'ils s'aiment vraiment beaucoup !

Sébastien & Caroline

Commentaires

7 commentaires

  1. Mon cher s

  2. coucou ,

    je suis tout a fait d’accord avec Mr Luc ,
    ninon apporte beaucoup de chose et de bien

  3. coucou ,

    je suis tout a fait d’accord avec Mr Luc ,
    ninon apporte beaucoup de chose et de bien

  4. Bonsoir ࠴outes et ࠴ous,

    Juste un petit clin d’oeil ࠓ颡stien qui est le plus r鳥rv頤es membres fondateurs de l’association INJENO : ton billet est remarquable de simplicit頥t pourtant il s’en d駡ge une justesse incroyable ainsi qu’une tr賠grande 魯tion…

    Que dire de plus si ce n’est de te "livrer" un peu plus souvent… pour toi !… et pour tous ceux qui nous lisent !

    C鳡r

  5. C’est tr

  6. tout ceci est tr

  7. tout ceci est tr

Laissez un commentaire

12/02/2007
C a écrit :

tout ceci est tr

Tous les commentaires
Ecrire un commenter