// Accueil / Les billets Injeno / Parlons de nos enfants / Quand le sentiment de résignation vous gagne
Quand le sentiment de résignation vous gagne
Ecrit par Luc MASSON le 7 octobre 2007

Depuis la création de l'association INJENO, nous nous sommes tous engagés à faire ressortir de notre vécu le maximum de choses et de sentiments positifs. Nous ne dérogeons pas à la règle, nous ne sommes jamais misérabilistes, ni même larmoyants. Pourtant il nous arrive de douter, de nous demander "Pourquoi nous, pourquoi notre enfant ?".

Bien évidemment nous n'obtenons jamais de réponse satisfaisante.

J'ai voulu en quelques rimes, vous livrer un peu des pensées qui me traversent ou ont pu un jour me traverser l'esprit. Rien de triste, pas d'impudeur, tout juste ce fameux chemin intérieur.


L'un des meilleurs moments de ma journée !

Lorsque tu as débarqué dans ma vie
Je t'ai tout de suite enrôlée à mon bord
J'aurais voulu lever l'ancre avec toi
T'emmener vers ces horizons que tu ne connais pas
Mais la mer, je ne l'ai pas apprise...

Lorsque tu as commencé à souffrir
J'ai tant voulu que les cieux te viennent en aide
J'aurais voulu t'amener auprès d'eux
Te porter aussi loin que mes ailes le pouvaient
Mais le ciel, je ne l'ai pas appris...

Quand on nous a annoncé que tu étais différente
Qu'il fallait que nous nous préparions au regard des autres
J'aurais voulu t'emmener loin d'ici
Monter avec toi sur le dos d'une licorne
Mais la fuite je ne l'ai pas apprise...

Quand tu as sombré dans le monde du silence
J'aurais voulu à mon tour te soigner
Trouver un médicament, un traitement, une solution
Comprendre très vite l'origine de ton état
Mais la médecine, je ne l'ai pas apprise...

Quand aujourd'hui je vois tout autour de toi
Des enfants valides, courir, jouer et chanter
Je suis heureux pour leurs parents,
Je souris même à présent
Car la jalousie, je ne l'ai pas apprise...

Alors mon ange, que puis-je encore aujoud'hui te donner ?
En quoi et pour quoi puis-je encore espérer ?
En tout, me dirais-tu si tu savais parler
Mais ton regard suffit et tes sourires aussi
Car de ta force, ton courage et ta joie, j'ai vraiment tout appris.

Merci ma fille.

Ton papa

Commentaires

8 commentaires

  1. Les larmes coulent, très émouvant ton billet, Inès est si belle.
    je t’admire lorsque tu dis que tu n’as pas appris la jalousie, moi non plus mais certains jours sont plus difficiles que d’autres lorsque je regarde autour de moi tous ces enfants qui marchent et qui courent.

    Certaines personnes disent que Dieu nous a choisi, et bien moi je pense que c’est pas juste, nos enfants n’ont rien demandé!

    Bisous à toute ta petite famille

    Nath

  2. Nous ne pouvons que souligner tout l’amour que contiennent ces quelques lignes.

    Il est vrai que certains jours nous devons nous battre un peu plus envers quelques "fantomes" qui hantent nos esprits mais c’est grâce au soutien des autres que nous pouvons réussir et c’est en quoi Injeno peut être une force pour nous tous.

    Nous nous battons chaque jour pour nos enfants, qu’ils soient extraordinaire ou non, mais n’est-ce pas là le rôle qui incombe à chaque parent digne de ce nom ?

    Je vous souhaite à tous beaucoup de courage !

    Et puis n’oublions pas ces quelques mots subtilisés à André Malraux (si je ne me trompe pas) "La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie."

    A bientôt

    Estelle

  3. Bonsoir

    Le handicap comme la maladie sont déjà inacceptables chez un adulte… alors chez un enfant… innocent…
    A cela s’ajoute la souffrance de l’enfant que vous ,parents, ne pouvaient que "subir"… en apportant le plus d’amour possible…
    La vie n’est pas juste… s’alterneront forcément des périodes de révoltes, d’apaisement, et d’acceptation imposée… et heureusement aussi de bonheur même s’il sera toujours différent de celui espéré…
    Votre association et vos rencontres font votre force… dans l’échange et la compréhension…

    Anne Sophie

  4. Bonsoir Luc,
    Très beau billet, très émouvant car nous sommes tous confronter à ces émotions.
    Quelque soit les handicaps que peuvent avoir nos enfants, c’est le coeur qui parle avant tout. Car malgré toutes les difficultés, on n’oublie pas l’essentiel : nos enfants on besoin de notre amour pour grandir et s’épanouir. Et devant l’amour que nous apportent nos enfants, tout devient possible.
    Merci de nous faire partager tes sentiments.
    Bonne soirée et bisous à toute la petite famille.

    Christelle

  5. Merci Luc pour ce fabuleux billet.
    Je te comprends et même si nous les "hommes" nous avons quelques fois des difficultés à exprimer ce que nous resentons, nous souffrons beaucoup de ce qui arrive à nos enfants. « Oui » ce n’est pas juste. Mais qui y a t il de juste ?
    Quand je vois Ninon parler, marcher, manger, je pense souvent que Noé ne pourra certainement jamais le faire. Mais notre force se puise dans la joie de vivre de nos enfants extraordinaires et puis ils nous apportent tellement d’autres choses.
    Encore merci Luc car sans toi, INJENO ne serait pas ce qu’elle est maintenant.
    Embrasse bien fort ta petite princesse et Sophie.

    Seb, Caro, Noé et Ninon

  6. Quel billet émouvant ,je ne peux retenir mes larmes, en quelques phrases tu as tout dis, tout ce qui vient du coeur.

    Il est vrai que nous ressentons très souvent un sentiment d’injustice et de révolte car aucun enfant ne devrait vivre ce que vivent nos enfants extraordinnaires.

    Mais nous continuerons d’avancer pour eux, pour nous.

    Tendres bisous petite Inès.

    Nathalie, maman de Hanna.

  7. très beau poème le courage et tout a votre grandeur
    marie olivier mat marion nais val manon hervé

  8. Luc bonjour,

    Mille et un respects pour ce passage plus qu’emouvant.
    Je n’ai pas beaucoup de choses à dire mais je ne peux pas m’empecher de te confier que tu es… je ne trouve pas les mots mais tu l’auras compris.

    Gros bisous à ton ange et à toi meme.

Laissez un commentaire

05/11/2007
hassan a écrit :

Luc bonjour, Mille et un respects pour ce passage plus qu'emouvant. Je n'ai pas beaucoup de choses à dire mais je ne peux pas m'empecher de te confier que tu es... je ne trouve pas les mots mais tu l'auras compris. Gros bisous à ton ange et à toi meme.

Tous les commentaires
Ecrire un commenter