// Accueil / Les billets Injeno / Trucs & astuces au quotidien / Un nécessaire rappel à l’ordre des forces de l’ordre !
Un nécessaire rappel à l’ordre des forces de l’ordre !
Ecrit par Alexandra Vanhille le 8 juillet 2007

C’est bizarre tout de même car en ce qui nous concerne – mon épouse et moi-même – depuis le jour où nous avons obtenus chacun notre permis de conduire, s’il y a bien une infraction que nous n’avons jamais commise c’est bien celle de ne pas stationner sur un emplacement réservé aux personnes handicapées ! Simple respect du code de la route ? Sens civique développé ? Certainement un peu des deux mais assurément et avant tout une question de bon sens, de compréhension, de respect, d’empathie, d’éthique, voire même de superstition : la crainte irrationnelle que dénigrer toute compassion pourrait nous attirer un châtiment divin !

Quoiqu’il en soit, jamais il ne nous serait venu à l’idée de se garer sur une place handicapée. Et lorsque le handicap a frappé de plein fouet le destin de Jeanne, il nous apparaissait évident que tout le monde adoptait le comportement qui était le nôtre !... La réalité est – comme vous avez certainement déjà pu vous en rendre compte de par vous-même – toute autre. La désillusion est d’autant plus amère qu’elle concerne notre adorable petite fille, innocente, impuissante et sans défense !... Pourtant, que ce soit pour notre enfant ou pour toute autre personne handicapée, il nous apparaît tellement évident que personne ne cherche à pouvoir bénéficier de ce type de « privilège » dont on se passerait volontiers !... Alors pourquoi autant de gens sans scrupule à commettre cet acte scandaleux et répréhensible !... Aussi je me bats pour défendre les intérêts de notre petite « Jeannette » et à travers elle de toutes les personnes handicapées. Je ne perds pas espoir de convaincre certaines des personnes que je surprends en infraction. Je n’abandonnerai pas ce combat acharné face à l’intolérance même si je me rends bien compte que mes tentatives de raisonnement paraissent très souvent vaines tel Don Quichotte face aux moulins ! J‘aspire alors à une omniprésence policière, à l’application stricte des textes de loi, à une répression intransigeante !... Et parfois le destin semble vous prêter une oreille attentive et vous soutenir !...

Actuellement nous recherchons une nouvelle maison avec une chambre et une salle de bain au rez-de-chaussée, disposition qui serait plus pratique et offrirait un plus grand confort de vie pour Jeanne. Ce vendredi là, mon épouse et moi-même avions donc rendez-vous à Leffrinckoucke avec un agent immobilier en vue de visiter un bien immobilier dans les parages. Nous étions un peu avance et l’agent immobilier un peu en retard. Nous nous sommes alors garés sur une place conventionnelle (Jeanne n’étant pas avec nous dans la voiture !) et par hasard juste en face d’un emplacement réservé aux personnes handicapées. Je décide de sortir de la voiture pour prendre un peu l’air et être visible de l’agent immobilier. Machinalement, presque systématiquement, je jette un coup d’œil sur le pare-brise du véhicule stationné sur la place handicapé – une voiture sans permis – à la recherche de la carte de stationnement ad hoc. Et sans trop grande surprise mais néanmoins révolté, je ne l’aperçois pas. L’emplacement se trouve juste en face d’un café et - je ne sais pour quelle raison - j’ai l’intime conviction que la personne contrevenante se trouve à l’intérieur tranquillement en train de consommer une boisson quelconque. J’enrage encore plus mais comme d’habitude je ne peux pas faire grand chose !

Lorsque soudain, alors que nous patientions toujours, j’ai aperçu une voiture de police !... Une hésitation furtive, un doute rapidement dissipé et très vite la décision : je lève ma main pour interpeller le véhicule en question qui fait alors le tour de rond-point pour arriver à ma hauteur : l’agent de police côté passager ouvre sa vitre, je lui explique la situation et rappelle à l’occasion l’infraction au code de la route. L’agent me rétorque que je semble bien connaître la question, ce à quoi je réponds que je suis le papa d’une enfant handicapée et que je suis un peu fatigué de ne pas voir se genre d’attitude sanctionnée. Légèrement piqué au vif, l’agent me rétorque que ce type d’infraction est systématiquement sanctionné lorsqu’il est constaté. En mon fort intérieur, je me dis que si tel était le cas il y aurait sans doute beaucoup moins d’exaspération de la part des personnes handicapées… ou peut-être est-ce simplement un étrange et malheureux concours de circonstances ! Bref, plus que dubitatif quant au discours officiel tenu par ce dernier, je lui demande expressément de faire son devoir et donc de verbaliser le contrevenant.

Mon comportement pourrait passer pour extrémiste voir même « délationniste » et en offusquer plus d’un. Ce à quoi je me défendrai tout d’abord par le fait qu’il existe une législation et que nul n’est au dessus de la loi ; ensuite que lorsqu’on ne respecte pas sciemment la loi, on en assume pleinement les conséquences lorsqu’on a la déconvenue de se faire prendre ; surtout que le préjudice financier que constitue l’amende est à la hauteur du préjudice morale et physique ressenti par les personnes handicapées pour qui le fait de disposer d’un peu plus de place pour pouvoir s’extraire d’un véhicule dans des conditions de conforts et de sécurité optimales est loin d’être un luxe ; et enfin, selon une conception un peu puérile de la loi du talion, que c’est bien fait car lorsqu’on se soucie aussi peu de son prochain, une contredanse a le mérite – à défaut de faire réfléchir sur l’exaction – de tempérer voire refroidir certaines ardeurs !

C’est ainsi qu’après avoir vérifié l’absence de pièce justificative sur le pare-brise permettant de stationner sur une place handicapée, l’agent a dressé l’amende de 135 euros prévue par la loi. A ce moment là seulement, le propriétaire de la voiture sort du café (tiens donc, mon intuition était la bonne !) pour se manifester. Il s’agit d’un monsieur en âge de la retraite et s’aidant d’une canne pour se déplacer. Même si vraisemblablement il éprouve quelques légères difficultés pour se mouvoir, il ne bénéficie pas pour autant à mes yeux de circonstances atténuantes : lorsqu’on a la chance de pouvoir marcher (nos enfants pour la plupart ne pourront jamais marcher de leur vie !), de conduire un véhicule et de se rendre en toute liberté au café du coin pour boire un verre, on a la décence de ne pas stationner sur ce type d’emplacement par vice de la proximité ou fainéantise… et je pèse mes mots !

Néanmoins j’aurais préféré un autre profil ! Comme par exemple une de ces personnes qui s’arroge le droit de stationner sous le prétexte courant et fallacieux de n’en avoir que pour quelques minutes ! Une de ces personnes qui même lorsqu’on lui signale qu’elle vient de stationner sur un emplacement réservé aux personnes handicapées, prête peu ou prou d’attention à votre discours et part sans vergogne et en toute impunité devant vos yeux incrédules ! Une de ces personnes qui n’hésite pas à répondre que cela n’est pas leur problème, voire qu’elle s’en fiche royalement (auront-elles la même vision des choses si à la suite d’un accident ou d’une maladie le handicap venait à les toucher ?) ! Une de ces personnes qui ose vous dire droit dans les yeux que « même le dimanche elle arrive à être emmerdée par un con défendant l’intérêt des personnes handicapées » alors qu’elle se rend à sa boulangerie pour se goinfrer de croissants et engraisser encore plus son ventre bedonnant ! Une de ces personnes qui vous répond impassible que cela ne la dérange nullement de devoir payer la contredanse (maintenant entre le discours et la pratique…) !

Quoiqu’il en soit alors que certains prennent le parti d’apposer sur les vitres latérales des véhicules en infraction des autocollants ou affiches et alors que d’autres avancent le fait qu’avec le temps on apprend à relativiser et baissent les bras, pour ma part la meilleure des solutions - si vous constatez une infraction - est de faire intervenir les forces de police : l'amende a un effet dissuasif !

César

Commentaires

7 commentaires

  1. Bonjour
    Je viens de lire votre billet et je peux vous dire que vous n’êtes pas seul à être révoltés par ce genre de comportement. Mon mari (gendarme ) n’accepte pas cela et lors de patrouille lorsqu’il voit l’absence de macaron sur le pare-brise de la voiture en stationnement , verbalise.
    Je ne vais pas noter ce qu’il entend.. Sur gravelines il y a quelques années j’ai demandé qu’a la place de stationnement handicapé un panneau soit implanté avec la mention " vous prenez notre place, prenez notre handicap" et ceci a hauteur du pare-brise.
    Gravelines a suivi l’initiative. A vous parents concernés d’aller demander dans chaque mairie de participer à ce genre d’opération.
    Certain comportement change mais il y encore du travail, ne baissons pas les bras
    Maryvonne maman de Cécile

  2. Bonsoir!

    votre colère est hélas justifiée!
    mon père a vécu en fauteuil durant une année et ensuite se déplaçait difficilement!!
    je comprends…les gens ne prennent généralement conscience des difficultés des personnes handicapées que s’ils sont concernés…

    le sens civique c’est aussi ça …le respect des autres!!

    des journées comme "vis mon handicap" changent un peu les choses..les intégrations à l’école…j’espère aussi…à voir avec Sandrine lors d’une prochaine discussion…..

    bonnes recherches pour un logement plus adapté…ça aussi c’est une réalité!

    ça fait du bien d’écrire ses "coups de gueule" parfois!!….si on redevient ensuite par…enthousiastes ;o))

    Ann So

  3. Bonsoir à toute la petite famille,

    Nous tenons à vous faire savoir que nous sommes de tout coeur avec vous dans votre combat de tout les jours conte la maladie de la petite jeanne et contre l’imbécilité et le manque de civisme de certains.

    Il est important que tout le monde sache que les places pour handicapées sont faites pour les personnes handicapées et non pour les gens valides et s’il faut verbaliser pour que çà rentre dans leur petit crane alors que les forces de l’ordre fassent leur travail.

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faut absolument appeller la police quand on constate ce genre d’infraction et si on s’y met tous ensemble alors peut être à la longue, les mentalités et les comportements changeront.

    Plein de bisous à la petite jeannette, à ses frères et soeur et bon courage à vous.

    Dorothée et Lydia

  4. Bonjour,

    Je lis votre billet et sens la révolte montée car, je suis maman d’une petite Hanna, qui est la petite cousine de Noé et handicapée comme vos enfants.

    je me suis rendue au CAMSP de Béthune 2 fois par semaine durant ces 2 dernières années et ma petite fille et moi avons fait les frais de personnes des plus indélicates , garés sur les places réservées aux personnes handicapées, parfois les memes voitures chaque lundi ,chaque mardi comme un cercle sans fin (en fait c’ etait des personnes qui travaillaient dans des bureaux a proximité du CAMSP et stationnaient là toute la journée !

    Après avoir posé en vain des papiers mentionnant l ‘infraction sur leur pare-brise a plusieurs reprise , j’ai fait appelle a la police (et sans se concerter une autre maman a fait de meme le meme jour ) et les 4 voitures ont été verbalisees l’ apres midi; c’ etait 2 semaines avant Noel et depuis je ne les y ai plus revues .

    Il est quand meme regretable de devoir en arriver là mais je sais que je le referais s’il le faut .

    Nathalie maman de Hanna

  5. César,
    Hélas, tu décris dans ton billet, une facette bien sombre de la nature humaine : celle de l’égoïsme à outance! Nous vivons dans une société de plus en plus individualiste où le chacun pour soi est de rigueur.
    Et pourtant… les gens en parlent autour d’une tasse de café au travail, dans un repas famillial ou entre amis.Tous sont d’accord pour dire qu’il faut intégrer les personnes handicapées, adapter l’école pour les enfants en difficultés, aider les jeunes délinquants à se réinsérer dans la collectivité, ou même à protéger l’environnement , tant de choses encore…
    Mais une fois les discussions closes, chacun retourne à sa vie et peu d’entre eux se sentent concernés pour réellement agir!
    Aujourd’hui, je rencontre tant de personnes "d’accord sur le principe" mais laissant le soin aux autres de s’en occuper!
    Il est vrai que lorsque l’on n’est pas concerné par le handicap, il est difficile d’imaginer les contraintes quotidiennes de la vie de ces personnes.
    Faisons ensemble notre mea culpa. Etions nous, nous-même si engagés dans ce combat avant que le destin ne frappe nos enfants?
    C’est pourquoi, je pense que nous avons une réelle mission: celle d’informer, de faire valoir les droits de nos enfants comme tu l’as fait César!
    Et même si cela dérange, et même si c’est long, il faut continuer le combat.
    Nous sommes tous animés par cette force intérieure qu’est la révolte face à la maladie de nos enfants.
    Il faut que cette énergie serve à faire évoluer les mentalités.
    C’est en nous unissant que l’on aura un jour un réel impact.
    J’y crois!
    Sandrine, maman de Laura

    Bravo à toi, César pour le courage dont tu as fait preuve!

  6. Bonjour à tous.
    Je pensais être seule à être indignée par de tels comportement; je viens de lire que non et j’en suis très contente! Qui sont ces personnes qui ne respectent rien ni personne! Je voulais par la même occasion vous dire que votre site est formidable et que c’est le premier que je découvre et apprécie concernant l’épilepsie des enfants et en plus dans le Nord! BRAVO continuez!

  7. Bonjour, je cherche à tout prix des autocolants pour non repect des places pour personnes handicapées. Merci d’avance !

    estellecamaly@hotmail.fr

Laissez un commentaire

20/02/2008
triskel a écrit :

Bonjour, je cherche à tout prix des autocolants pour non repect des places pour personnes handicapées. Merci d'avance ! estellecamaly@hotmail.fr

Tous les commentaires
Ecrire un commenter