// Accueil / Les billets Injeno / Vie sociale & Vie de couple / Une maman en révolte
Une maman en révolte
Ecrit par Luc MASSON le 7 octobre 2007

Tout comme César dans son billet du 8 juillet 2007 intitulé « Un nécessaire rappel à l’ordre des forces de l’ordre ! », je suis exacerbée par l’incivisme croissant de nos concitoyens.

Mes enfants sont scolarisés dans une école privée de Dunkerque. Je pensais que les parents d’élèves, qui choisissent ce type d’enseignement avec la présence constante de religieuses, devaient certainement partager mes convictions, à savoir :

• respect des autres ;

• aide, entraide et partage ;

• compréhension ;

• et bien d’autres encore...

Mais malheureusement, je m’aperçois au fil des ans qu’il n’en est rien et que pour beaucoup désormais le fait d’inscrire son enfant dans une telle école ne tient simplement que de la sensation d’élitisme ou de position sociale.

Près de cette école existe deux places de stationnement réservées aux handicapées : une étant proche de l’école et l’autre du boulevard. Lorsque je dépose André-Louis à l’école, j’utilise la place la plus proche puisqu’elle n’est pas occupée par une personne plus infirme que lui (si une telle situation devait se présenter, j’aurais la présence d’esprit de lui laisser cet emplacement et de prendre le plus éloigné puisqu’André-Louis sait marcher.).

Suite au mauvais temps la semaine dernière, tous les parents d’élèves se garaient au plus près possible de la grille d’entrée à tel point que j’ai failli demander à la directrice d’ouvrir les grilles afin que les enfants puissent être déposés sous le préau directement en voiture. Mais ce qui me fait encore plus enrager, c’est que mon fils « invalide » (je n’aime pas ce terme mais bon voilà celui qu’emploi la majorité de nos concitoyens et de nos administrations) fait beaucoup plus d’effort pour se rendre à l’école que tous ces gens bien portant et leurs enfants.

Suite au mauvais temps donc, disais-je, et afin de se garer au plus près, beaucoup de parents ne respectent pas ces emplacements et encore plus celui proche de l’école : soit ils se garent dans la majeure partie des cas en double-file devant ces emplacements, soit ils se garent directement sur l’emplacement. Toujours est-il qu’il est inutilisable pour les personnes en ayant besoin.

Lundi 1er octobre, cette place fut occupée le matin à 8h30 et le soir à 16h30 par la même personne (qui plus est ne respecte que peu les règles de stationnement et qui est à la fois, de par son incivisme, dangereuse pour elle mais aussi et surtout ses enfants et les autres). Le soir, je lui fais donc remarquer son « erreur » mais ce qui me surprend le plus c’est sa réponse. Jusque là, c’était « j’en ai pour 5 minutes », ou encore « il n’y avait pas de place ailleurs ». Ce jour-là, la réponse fut : « Et alors ? » puis s’en suit une autre qui est « vous n’avez qu’à utiliser l’autre près du boulevard ! ». Le ton montant, j’ai préféré partir. En colère, le matin même, je m’étais rendu au bureau de la police municipale, quai des Hollandais, qui s’occupe du stationnement. J’ai expliqué la situation et j’ai été reçu par une personne très sympathique qui a noté mais coordonnées et les renseignements fournis, puis qui m’a remis un numéro de téléphone à contacter en cas de problème sur Dunkerque centre.

Le soir, je contacte de nouveau les policiers municipaux afin de leur demander comment cela se passe vis-à-vis de cette situation (à savoir si les choses s’enveniment). Ils m’ont alors promis de passer le lendemain matin pour voir comment cela se passe. N’ayant pas pu venir puisqu’ils ont du intervenir sur un autre lieu pour un motif plus important, Monsieur Millot, appartenant à la police municipale de Dunkerque, m’a rappelé l’après-midi même pour s’excuser de ne pas s’être déplacé et d’avoir été retenu ailleurs puis pour me confirmer qu’il serait présent avec ses collègues le jeudi matin et peut être même le vendredi matin. Au cours de cette conversation, il m’a même glissé qu’il connait bien le problème puisque il est papa d’une petite fille handicapée. Et en effet, le jeudi et le vendredi matin, ils étaient bien présents devant l’école des enfants et faisaient effectivement leur travail. Je les ai donc remerciés d’avoir tenu leur parole et de faire leur métier.

Par contre et pour information, je vous communique les coordonnées qui m’on été remises :

Prévention sécurité - Police municipale

24 quai des Hollandais 59140 DUNKERQUE Tél. : 03 28 26 28 60 Tél. : 03 28 26 28 52 (pour Dunkerque centre)

Accueil - Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30 / Le samedi matin de 9h à 12h / Fermé les dimanches et jours fériés

Depuis, les choses se passent mieux devant l’école mais pour combien de temps ?...

 

Pour terminer et pour compléter la conclusion qu’avait à l’époque faite César, je voudrais ajouter que, de part ma profession, je suis sensible au respect du code de la route et des règles de sécurité routière. Voir de tels comportements m’indignent et me poussent à réagir, de plus chez certains apparemment être allégé de 135 € ne représente rien, j’ai donc écrit à Monsieur Delebarre afin de lui demander, non je dirais plutôt de lui suggérer des opérations ponctuelles sur le dunkerquois durant lesquelles l’amende de 135 € serait remplacée ou complétée par une journée d’assistance auprès d’une personne handicapée ou de se mettre durant une journée à leur place afin de comprendre quelle gène ils ont occasionné. J’ai même précisé à travers ce courrier que je suis tout à fait prête à participer. J’espère bien avoir une réponse.

Estelle Guyot
Maman d’André-Louis

Commentaires

8 commentaires

  1. Bonjour !

    Vous avez hélàs raison… le mauvais temps fait oublier le respect des places pour personnes handicapées !
    Vous avez bien fait de ne pas "laisser tomber"!
    (vos remarques sur les parents qui fréquentent les écoles privées m’ont fait sourire… je l’avoue…)
    Je partage tout à fait avec vous le remplacement des amendes par des journées d’aide aux personnes handicapées… et pas seulement ds ce cas d’ailleurs (une personne ayant provoqué un grave accident sous emprise de l’alcool par ex prendrait, à mon avis, plus conscience de ce qu’elle a provoqué en travaillant ds un service de personnes accidentées plutôt que d’avoir une peine financière ou de prison…

    Bien à vous

    Anne Sophie

  2. Estelle,

    Je ne peux que confirmer ce que Anne Sophie souligne ci-dessus. Ne rien lâcher, pour eux, pour nous.

    Je voudrais te répéter combien nous serions heureux de te lire plus souvent, dans de nouveaux billets comme dans tes commentaires toujours à propos.

    A te lire encore

    Luc

  3. Bonjour Estelle,
    Je suis du même avis qu’Anne Sophie mais est ce que les gens vont un jour comprendre à quel point c’est difficile de vivre l’handicap !

    Honnêtement on s’en passerait bien d’utiliser ces places mais elles nous facilitent quand même un peu la vie.
    Personnellement je n’ai jamais eu de problèmes mais maintenant je ne peux pas m’empecher de jeter un coup d’oeil sur le pare brise pour voir si le macaron est apposé !

    Ta démarche est tout à fait respectable et j’espère que tu n’auras pas à y remédier.

    Comme Luc je suis ravie de te lire

    A très bientot et bisous à tous

    Nath

  4. Bonjour,

    Vous avez raison de combattre cet incivisme et ce non respect a l’egard des personnes handicapées.

    Nous subissons tous et bien trop souvent, l’ egoisme de certaines personnes peu scrupuleuses, et ce n’ importe ou, dans la rue, sur les parkings et meme au supermarché;moi meme, l’ année derniere, j’avais du faire intervenir la police pour des places réserveés devant le CAMSP ou allait ma petite Hanna et qui étaient constamment occupées a longueur de journée par des indélicats qui travaillaient dans les bureaux d’à coté.

    Je me bats aussi contre les vigils du supermarché ou je fais mes courses et qui ne semblent pas concernes par le problème que nous pouvons rencontrer quand nous nous y rendons avec nos enfants et que les places sont occupées par des paresseux qui ne veulent pas se garer trop loin( certain pourrait entrer leur véhicule dans le magasin qu’il le ferait)

    A plusieurs reprises je leur ai signalé le problème ,un vigil m’ a meme répondu " vous croyez que je n’ai que ca a faire , sortir sur le parking" alors qu’il reste planté dans la galerie marchande auprès des caisses à 10m de la sortie.

    Une caissiere m’ a meme racontée qu’ un jour un monsieur en fauteuil roulant a demandé a une dame a la caisse "handicapeé"pour passer en priorité il y avait beaucoup de monde elle a refusé , le ton serait monté et la dame lui aurait dit "de quoi vous vous plaignait vous etes assis"!

    En voyant cela, je crains hélas que notre combat n’ est pas gagné mais il nous faut perseverer, pour nous et pour toutes les personnes invalides;

    Nathalie, maman d’ Hanna

  5. Bonjour Estelle,

    Caro et moi avons eu le même constat il y a environ un mois sur le parking d’un hypermarché. Nous sortions Noé de la voiture et je vois une dame qui nous regarde avant de se garer. Elle sort de sa voiture et je lui dis qu’elle ne peut pas se garer là. Elle me répond qu’elle en a pour 5 minutes (comme d’habitude !) et je lui réponds que les personnes handicapées en ont pour leur vie… Et là le comble c’est qu’elle me répond qu’elle travaille avec les personnes handicapées ! Je suis resté bouche bée.
    Alors si même les personnes connaissant les difficultés du handicap ne respectent pas les places handicapées, ou va t’on ?

    Seb

  6. BONSOIR JE SUIS D2SOL2E DE VOUS DIRE CEL0 MAIS C4EST PARTOUT IL Y A MANQUE DE CIVISME D42DUCATION BEAUCOUPS DE PERSOBNES VALIDES SE GARENT AU MAUVAISE ENDROIT ET PARFOIS NON VZ2RIFIER DANS UN MAGASIN UNE ACOMPAGNBATRICE M4A DIT ILS ONT DE LA CHANCE QUE JE NE VOIS PAS LA PERSONNE CAR 9A IRAI MAL PAPA LUI VEILLE 0 9A REGARDE CAR IL Y A DE L4EXAG2RATION DES PARENTS SANS LEURES ENFANTS QUI ONT LEUR CARTE L4UTILISENT C4EST PAS NORMAL LA PERSONNE DEVRAIT L4AVOIR DANS SON CARTABLE OU AUTRE ET QUE CE SOIT PAS PERDUS CAR CERTAINS SE PERMETTENT TOUT QUAND Y5A UNE PERSONNE HANDICAP2E OK MAIS SANS NON OU DES VALIDES QUI PEUVENT MARCHER C4EST COMME LES ASCENCEURS DANS LES MAG OU GARE IL FAUT S4AFFIRMER MOI J4AUTAI APPLER LA FOURRI7RE OUI CARR2MENT C4ESTY SCANDALEUX VOTRE SITUATION

  7. MEME MES PARENTS QUI ONT PARFOIS LA CARTE NE LE FONT PAS SAUF AVEC MOI PUISQUE JE NE MARCHE PAS ET ENCORE PARFOIS ON SE GARE SUR DES PLACES NORMALES
    EN PARLANT DE VEHICULE, ECRIVEZ PERSONNE A MOBILITE REDUITE LAISSER 3M DE FACON A FAIRE SORTIR LA PERSONNE A MOBILITE REDUITE OU LES AFFAIRES FAUTEUILS SINON CA N’IRA PAS CELA SE FAIT DE PLUS EN PLUS ET ECRIVEZ LE EN GROS

  8. Nous avons une place handicapée devant notre logement et souvant des personnes n’ayant pas la carte se garraient dessus . Et bien on appelle la police car nous avons un commissariat dans notre ville et le conducteur retroue un jolie cadeau sur son pare brise , une amende de 135 euros. Ceci a durée pendant un bon bout de temps mais a force plus personne ne se gare sauf les personnes ayant une carte

Laissez un commentaire

08/02/2009
nath a écrit :

Nous avons une place handicapée devant notre logement et souvant des personnes n'ayant pas la carte se garraient dessus . Et bien on appelle la police car nous avons un commissariat dans notre ville et le conducteur retroue un jolie cadeau sur son pare brise , une amende de 135 euros. Ceci a durée pendant un bon bout de temps mais a force plus personne ne se gare sauf les personnes ayant une carte

Tous les commentaires
Ecrire un commenter